Informations

Que signifie +60 mm en IRM ?

Que signifie +60 mm en IRM ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Que signifient les marques de -30 à +60 mm dans cette image d'IRM ?


Réponse courte

Ils marquent la distance d'un plan de référence.

Réponse plus longue

Dans les images que vous avez fournies, vous regardez des tranches horizontales à travers un cerveau. Les légendes indiquent que chaque avion a ce distance verticale d'un point de référence (si le sujet était debout) ; les nombres positifs sont dorsaux à cette référence et les nombres négatifs sont ventraux.

Un point de référence commun pour les images IRM (à définir comme [0,0, 0]) est le milieu d'une ligne passant par le point pré-auriculaire, bien qu'en fin de compte, il s'agisse d'une distinction arbitraire.

Si le point de référence réel est important pour vous, vous devrez vérifier le système de coordonnées de référence utilisé dans l'étude que vous regardez. Il est également possible que vous regardiez des coordonnées transformées en un cerveau de référence plutôt que des coordonnées réelles pour ce sujet particulier, mais encore une fois, que cela compte ou non dépend de la raison pour laquelle vous vous en souciez. Si vous effectuez des recherches sur plusieurs sujets, vous souhaitez probablement connaître les coordonnées de référence ; si vous effectuez une chirurgie cérébrale sur un patient en particulier, vous voulez des coordonnées réelles.


Que signifie +60 mm en IRM ? - La biologie

Des personnes ont été tuées dans l'IRM par des projectiles métalliques tels que des réservoirs d'oxygène, des pièces de fauteuil roulant et d'autres objets magnétiques qui sont entrés à portée. (Crédit photo : Liz West, Flickr)

Katy Peters avait besoin d'une IRM pour une hystérectomie radicale qu'elle allait subir. Son médecin lui a dit qu'il devrait au préalable retirer ses bijoux de mamelon pour des raisons de sécurité (elle avait une barre dans chaque mamelon). Après avoir parlé avec son perceur, elle a décidé de signer les renonciations et de procéder à l'IRM alors que ses bijoux étaient encore en place.

Étant donné que IRM signifie imagerie par résonance magnétique et que l'unité IRM est un aimant géant surpuissant, vous pouvez imaginer que ses bijoux sont sortis comme si Magneto s'était présenté et est allé en ville sur ses mamelons.

La crainte la plus courante qu'une personne éprouve lorsqu'elle s'approche de l'IRM avec des piercings est de faire retirer les piercings magnétiquement de manière douloureuse, mais un problème beaucoup moins connu et beaucoup plus courant s'appelle le chauffage thermique. Comme le papier d'aluminium dans un micro-ondes, le métal peut résonner avec les ondes de l'IRM et devenir chaud. Comme si douloureusement. Selon cette étude de 2012, l'échauffement thermique est responsable de 70 % des blessures en IRM.

Ainsi, lorsque votre médecin est un peu inquiet à l'idée que vous ayez laissé vos bijoux, c'est à cause du risque de blessure.

Ou comme me l'a dit un technicien en IRM lors d'une discussion animée (de toux) que nous avons eue : « Comment suis-je censé savoir de quoi sont faits vos bijoux ? Comment faire tu savoir de quoi il est fait ? Est-ce que tu l'as fait?"

L'autre problème qui peut se poser est ce qu'on appelle artefacts. Les artefacts se produisent lorsque quelque chose rend les résultats de l'IRM plus difficiles à lire. Les métaux de toutes sortes peuvent faire en sorte que le champ magnétique se disperse un peu autour d'eux, ce qui crée un endroit étrange. Les médecins ne peuvent pas très bien voir autour de cet endroit à cause des interférences.

Sauf que les haltères de Katy sont restées en place et tout allait bien.

Cet article explique pourquoi et comment vous, si vous avez besoin d'une IRM, pouvez être également béni par la fée non ferromagnétique

Un artefact masque une partie d'une IRM. (Crédit photo : kc7fys, Flickr)

et gardez vos bijoux à leur place. Nous couvrirons également certaines préoccupations que votre médecin pourrait avoir, quels sont les risques et tout ce jazz.

Tout d'abord, parlons de la raison pour laquelle les haltères du mamelon de Katy sont restées en place.

Elle est allée parler à son perceur de l'IRM et a reçu ce conseil :

"Les haltères étaient de qualité chirurgicale", dit-elle, "et n'auraient pas besoin d'être retirés. Ils étaient fabriqués dans le même matériau que les broches osseuses, les articulations artificielles et les vis chirurgicales (qui ne peuvent évidemment pas être retirés avant une IRM). ils ont dans leur corps.

L'APP, dans leur FAQ sur les bijoux dans l'IRM, est d'accord, tout comme cet article pratique d'un chirurgien qui l'accompagne.

Inox 316L. Cette version de l'acier inoxydable est en fait utilisée dans certaines chirurgies cardiaques pour les stents. Il a été démontré qu'il est sûr dans l'IRM lors des tests de laboratoire. Cependant, ce type d'acier inoxydable est le plus susceptible de provoquer des artefacts dans les lectures d'IRM, ce qui rend vos résultats plus difficiles à lire si les bijoux sont juste à côté de ce que les médecins essaient de regarder.

Inox de qualité implantaire 316LVM. Acier conforme à la norme ASTM-138. Ce type d'acier inoxydable est utilisé dans les broches osseuses et autres implants. Les études réalisées sur ce matériau à l'aide d'agrafes chirurgicales faites du même acier n'ont produit ni chaleur, ni mouvement lors de la mise en place de l'IRM. En d'autres termes, vous êtes prêt à partir.

Quelle est la différence entre 316L et 316LVM, demandez-vous ? En ce qui concerne l'IRM, ils sont probablement les mêmes, c'est-à-dire très bien, mais au cas où vous vous poseriez la question : le L signifie faible, comme dans la teneur en carbone faible, ce qui réduit le ternissement du contact avec des choses comme, eh bien, tu. Le VM signifie vide moulé, ce qui signifie qu'il a été moulé dans une chambre à vide spéciale qui réduit considérablement les contaminants. C'est pourquoi 316LVM est l'étalon-or pour les implants en acier.

Mais ce qu'il faut retenir, c'est qu'aucune de ces nuances d'acier ne devrait causer de problème avec l'IRM, à l'exception des artefacts.

Titane grade 5. Cette qualité de titane est couramment utilisée dans les implants dentaires et ces implants sont considérés comme sûrs pour l'IRM. Pour plus de tranquillité d'esprit, il n'y a jamais eu de problème avec aucun type de titane et l'IRM que j'ai pu trouver. Déjà. Le titane n'est pas ferromagnétique et ne devrait donc causer aucun problème, à l'exception d'une infime quantité d'artefacts sur les résultats de l'IRM. C'est bien mieux que l'acier inoxydable, mais il y a toujours des interférences, donc si vos piercings sont juste au-dessus de tout ce que le doc essaie de voir (et nous parlons de millimètres), alors vous pourriez avoir un problème.

Titane de qualité implantaire. Titane conforme à la norme ASTM F-136. Ce truc est fait de matériel qui a été testé et retesté en IRM. Vous êtes en or.

Une autre IRM (Crédit photo : Éditeur d'images, Flickr)

Katy Peters, lorsqu'elle a fait son IRM, a gardé ses barres de mamelon très bien et n'a rencontré aucun problème car il s'agissait de matériaux de qualité implant.

Mais des recherches effectuées avec des qualités d'acier inférieures ont révélé que des matériaux de taille comparable (comme des éclats d'obus en acier ou des plombs de fusil de chasse en acier plutôt qu'en plomb) montraient très peu de chaleur, mais suffisamment de mouvement à des niveaux de puissance élevés pour causer de l'inconfort.

En d'autres termes, peu importe ce que vous portez, vous n'aurez probablement pas à vous soucier de l'effet Magneto. Mais le chauffage thermique peut toujours causer un problème.

Comme dernier encouragement, presque tous les laboratoires d'IRM ont des détecteurs de métaux ferromagnétiques qu'ils utilisent pour scanner les gens. Beaucoup de gens ont un peu de métal sous la peau à cause de la soudure ou du travail industriel, il est donc assez courant de devoir scanner les gens s'il y a un risque.

Demandez-leur d'essayer vos bijoux avec la baguette. Si la baguette ne bipe pas, vous êtes probablement prêt à partir.

Et une note finale du technicien en IRM avec qui j'ai discuté à ce sujet :

« Ne font-ils pas des dispositifs de retenue en plastique que vous pouvez mettre dans vos piercings ? »

Voici une autre belle photo d'IRM pour tous les amateurs d'IRM. (Crédit image : Jan Ainali, Wikimedia)

Après avoir publié mon blog original, nous avons reçu beaucoup de commentaires de Facebook (Shoutout aux utilisateurs de Facebook Liz, Larissa et Megan pour leurs excellentes questions). J'ai décidé qu'un suivi serait bien, car il n'y a pas beaucoup d'informations sur certaines de ces questions.

Dans un tour surprenant, Liz a mentionné avoir des images dans une IRM gâchées par ses œillets en silicone. Le silicone, étant non métallique, est totalement sûr à porter dans une IRM, mais il peut provoquer des artefacts importants. D'autres utilisateurs ont signalé que des choses similaires se produisent lors des tomodensitogrammes et des radiographies. La proximité de vos bijoux par rapport à la zone qu'ils essaient de numériser est évidemment un facteur.

J'ai confirmé cela avec des professionnels de la santé et un examen des études réalisées sur le silicone en IRM. Compte tenu de son utilisation dans les procédures médicales, la réduction des artefacts en silicone est un gros problème. C'est particulièrement un problème avec les implants mammaires éclatés, où une IRM serait idéale pour montrer l'étendue des dommages, mais les artefacts causés par le silicone dans l'imagerie sont un problème.

Étant donné que les IRM sont chères, vous ne voulez pas avoir quelque chose en place qui faussera les résultats et vous obligera à en faire une deuxième.

À quel point les artefacts sont-ils mauvais?

L'apparition d'artefacts « tempête de neige » est en fait utilisée pour diagnostiquer un implant éclaté ou une migration de fluide d'injection de silicone. Sur une IRM, ils ressemblent à des points ou des lignes blancs flous, et ils sont difficiles à voir à travers. Donc, si ce que vous cherchez se trouve juste derrière, oubliez-le.

A part : Ne vous faites jamais injecter de silicone brut dans votre corps. Cela peut causer des abcès, des infections et des choses terribles. Là, je l'ai dit.

Le problème est appelé « déplacement chimique ». Si vous pensez à une IRM comme à un microscope qui se concentre, les grandes choses à clarifier sont l'eau et la graisse. Lorsque vous vous concentrez sur ces deux éléments, tout le reste est plus facile à voir. Lorsque du silicone est présent, cela peut provoquer une erreur de mise au point, où l'eau et la graisse sont plus difficiles à voir clairement.

Lorsque les spécialistes de l'IRM travaillent sur quelque chose comme un implant mammaire, ils utilisent des techniques spéciales pour essayer de clarifier l'image. En gros, ils disent: "Tout ce truc est en silicone, pas de graisse ou d'eau, ne vous y trompez pas." Et l'IRM se concentre en conséquence. Sans cette correction, certaines lignes de votre IRM pourraient apparaître plus épaisses qu'elles ne le devraient.

En d'autres termes, si vous portez du silicone, vous voudrez peut-être penser à le retirer pour l'IRM.

Larissa voulait en savoir plus sur les bijoux organiques et s'ils pouvaient causer des artefacts. Vous pourriez penser que les informations seraient limitées pour le bois, la pierre et le verre, mais ce n'est pas le cas. Grâce à la magie des corps étrangers, alias les éclats et autres, les effets de ces matériaux sur les IRM sont facilement connus.

Le verre est radio-opaque, ce qui signifie qu'il apparaît très solidement sur les radiographies comme les rayons X et les tomodensitogrammes (qui sont vraiment une variante des rayons X).

C'est une image d'une IRM. Parce que les images sont belles. (Crédit image : RSatUSZ, Wikimedia)

Donc, si vous portez du verre et que vous vous lancez dans ce genre de chose, il y aura une grande tache blanche là où se trouve le verre. Idéal si vous avez un éclat de verre, mauvais si votre médecin cherche quelque chose derrière vos bouchons. Mais ce n'est un problème que pour quelque chose de super localisé, comme juste derrière le verre que vous portez.

Cette étude et plusieurs autres que j'ai trouvées ont testé la capacité de différents techniciens à trouver des corps étrangers incrustés dans le crâne d'un mouton, et incluent des matériaux comme le verre, la pierre, le plastique et le bois.

Dans toutes les études que j'ai trouvées, je n'ai pu identifier aucun artefact causé par ces matériaux. En fait, pour trouver des corps étrangers, le scanner était en fait roi. Le bois, le verre et le plastique étaient tous presque invisibles à l'IRM, tandis que la pierre pouvait être vue pour des pièces raisonnablement grandes (supérieures à 2 mm). J'ai également confirmé auprès d'un médecin qu'aucun de ces matériaux ne créera d'artefacts notables sur une IRM.

Ainsi, le verre et le bois ne devraient pas poser de problème avec votre numérisation. La pierre est un peu plus difficile, car rappelez-vous que la pierre n'est pas nécessairement pure. Il peut contenir du fer, de l'argent et toutes sortes de métaux traces qui coulent dans les veines de la roche. Dans mon article de blog précédent sur l'IRM, j'ai mentionné que les patients avaient subi de graves brûlures causées par des filaments d'argent dans leurs vêtements (c'est pourquoi vous portez une chemise d'hôpital dans l'IRM aujourd'hui). Ainsi, de minuscules morceaux de métaux dans vos bijoux en pierre pourraient théoriquement chauffer.

Les bijoux en verre peuvent également contenir des additifs, donc si votre verre contient des objets brillants, vous voudrez peut-être le retirer, juste au cas où.

Megan avait probablement la question la plus difficile à laquelle il fallait trouver une réponse : comment se comporte le niobium à l'IRM ?

Alors que le titane et l'acier inoxydable chirurgical ont fait l'objet de tests rigoureux et d'un certain soutien anecdotique pour leur sécurité dans l'IRM, le niobium n'a pas beaucoup d'informations sur ses performances lors des tests médicaux. Dans des études réalisées sur des implants cochléaires contenant des anneaux de niobium, il a été constaté que les anneaux présentaient un chauffage inférieur à 0,1 degré Celsius, ou environ 0,18 degré Fahrenheit, donc pas une quantité notable de chauffage. Les anneaux présentaient également un mouvement nul à l'IRM.

Fait intéressant, le niobium est utilisé dans certains implants, notamment certains stents nouvellement conçus qui contiennent entre 75 et 97 % de niobium. Pourquoi ont-ils choisi de travailler avec le niobium ? Parce qu'il réduit les artefacts dans l'IRM et parce qu'il est très non allergène. Cela dit, je n'ai pas pu trouver de source qui puisse dire que les bijoux en niobium peuvent être portés en toute sécurité lors de l'IRM. Donc, le jury est toujours sur ce dernier.


Comment déterminer quel coussinet ou coussin commander

La meilleure façon de savoir lesquels de nos coussinets et coussinets en mousse conviendront à votre casque serait de prendre une mesure de votre oreillette. Lorsque vous effectuez vos mesures, veuillez garder à l'esprit que il est préférable de mesurer la taille physique de l'écouteur de votre casque, pas vos anciens coussinets ou coussins. Nous avons adapté toutes nos recommandations sur la taille de l'écouteur.

Il existe littéralement des milliers de marques et de modèles différents d'écouteurs et de casques. Les clients nous contacteront fréquemment et nous demanderont quels coussins sont nécessaires pour leurs écouteurs spécifiques. La plupart du temps, nous n'en avons absolument aucune idée, car les fabricants de casques ne fournissent pas les détails requis sur les modèles, les tailles et les formes de leurs produits. Chaque année, de nouveaux écouteurs sont lancés avec de nouvelles fonctionnalités qui, espèrent-ils, encourageront de nouveaux acheteurs. Aucun des fabricants ne fournit de détails sur leurs pièces de rechange, car ils souhaitent faciliter l'achat d'un tout nouveau casque, plutôt que de se soucier de fournir des pièces de rechange.

Nous avons lancé une base de données montrant de nombreux modèles d'écouteurs et les oreillettes connues qui s'adaptent, sur la base des commentaires des clients. Si vous nous dites quels coussinets ou coussins s'adaptent à votre casque, nous serons heureux de publier les informations en ligne indiquant quels coussinets et coussins conviennent à des modèles particuliers de casques. Espérons que cette base de données s'agrandira et permettra aux clients de trouver plus facilement leurs oreillettes ou coussins appropriés. Vous trouverez la base de données en ligne à l'URL suivante :

Coussins HIL53 installés sur le casque Logitech Premium pour ordinateur portable

Nous savons par expérience que de nombreuses personnes recherchent depuis longtemps des coussins de remplacement pour les écouteurs Logitech Premium Notebook, y compris les casques Logitech modèle A-0445A ou Logitech H555. Nos oreillettes en mousse de 50 mm et nos coussins en similicuir seront parfaits pour ces casques (illustrés sur l'image de droite). Pour la plupart des autres, vous devrez faire des mesures.

Nous vous suggérons de prendre le temps de mesurer votre casque à l'aide d'une règle. La plupart des règles ont à la fois des tailles en pouces et métriques, comme vous pouvez le voir sur la règle illustrée ici.

Beaucoup de gens sont perplexes lorsqu'ils doivent comparer des pouces et des millimètres, mais c'est vraiment très simple. Comme vous pouvez le voir, nous avons fait une mesure avec la règle ici, et cela montre qu'une taille de 1 11/16 équivaut à 40 mm.

Montage de coussins ronds sur des oreillettes ovales ou ovoïdes

Certains écouteurs sont ronds et d'autres sont de forme ovale. Nos coussins et oreillettes de remplacement sont tous ronds. Les ronds peuvent s'étirer pour s'adapter aux écouteurs de forme ovale.

Comme ils s'étirent en longueur, ils réduiront certains en largeur. Nous avons juste besoin de connaître la variation appropriée pour votre casque afin de pouvoir déterminer quelle taille circulaire conviendra à votre casque ovale.

Afin de déterminer la bonne taille de coussin d'oreille ou de coussin de remplacement pour votre casque de forme ovale, vous devez connaître la taille moyenne de l'écouteur.

Au fur et à mesure qu'il s'étire pour s'ajuster en longueur, il deviendra plus petit en largeur.

Comment faire la moyenne de la largeur et de la longueur d'un écouteur de forme ovale

  1. Mesurer la longueur
  2. Mesurer la largeur
  3. Ajouter la longueur et la largeur
  4. Divisez par 2 pour obtenir la moyenne
  5. Conversion pouces en millimètres
  6. Correspondre à la taille d'oreillette la plus proche

Cet exemple illustré est un écouteur de 3 ¼" de long sur 2 ¼" de large. C'est la même chose que 3,25 pouces x 2,25 pouces.

(longueur + largeur) ÷ 2 = taille moyenne

La moyenne serait donc de 2,75 pouces. 2,75 pouces équivaut à 70 mm.

Comment déterminer la circonférence et le diamètre

Alternativement, pour les oreillettes ovales ou en forme d'œuf, vous trouverez peut-être préférable de déterminer d'abord la circonférence de votre oreillette en pouces ou en millimètres.

Vous pouvez utiliser une ficelle, du fil dentaire ou simplement couper une fine bande de papier. Enroulez-le fermement autour du bord extérieur de l'écouteur. Une fois que vous connaissez la distance autour de l'écouteur, notez cette valeur comme votre circonférence. Si votre valeur est quelque chose comme 3 ¼ pouces, vous voudrez la convertir au format décimal, tel que 3,75 pouces. Ensuite, divisez la circonférence par 3,14 (pi) et cela vous donnera le diamètre de l'écouteur. Une fois que vous avez le diamètre de l'écouteur, comparez-le avec les tableaux montrant les coussinets et les coussins de remplacement en mousse et en similicuir pour voir quelle gamme de tailles indique l'article de remplacement approprié.

Nous proposons différentes tailles de coussinets en mousse et de coussins en similicuir. Les coussinets en mousse peuvent s'étirer un peu plus que les coussins en similicuir. Donc, si votre mesure est très proche de l'extrémité supérieure de la plage de tailles, vous n'aurez probablement aucun problème à étirer un peu plus les coussinets en mousse. Si vous êtes juste à l'extrémité supérieure d'une gamme de tailles pour les coussins en similicuir, il sera préférable de passer à la taille de coussin suivante afin que vous n'ayez pas à lutter pour placer le coussin sur l'écouteur de votre casque.

Ne présumez pas qu'une mesure de 60 mm signifie que vous avez besoin d'un coussin d'oreille ou d'un coussin de 60 mm. Vous devrez rechercher le coussin d'oreille ou le coussin qui va s'adapter, en fonction de la gamme de tailles dans les tableaux. Si vous regardez le tableau des coussinets en mousse, par exemple, vous verrez qu'un coussinet en mousse de 78 mm ou un coussin en similicuir de 70 mm serait le meilleur pour s'adapter à un écouteur de 64 mm.

Comment convertir des pouces en millimètres

Si vous souhaitez convertir des pouces en millimètres, vous trouverez peut-être facile d'obtenir de l'aide de Google. Si vous effectuez une recherche et entrez la phrase « 2,75 pouces en mm » et appuyez sur Entrée. Vous obtiendrez quelque chose comme ceci :

Mesurer les écouteurs en forme de cercle

La mesure des écouteurs circulaires est assez facile. Il vous suffit de retirer le coussin de style mousse ou similicuir existant du casque. Mesurez le diamètre de l'écouteur. Le diamètre est la distance entre le bord gauche et le bord droit.

Ne vous inquiétez pas de la taille du trou au centre du coussin car cela va s'étirer et se conformer à l'écouteur. Vous voulez seulement connaître le diamètre extérieur « bord à bord » de l'écouteur.

Cela vous permettra de sélectionner le coussin d'oreille ou le coussin approprié pour votre casque ou votre casque.

Normalement, le matériau n'est pas collé en place. Il n'est tendu que sur les bords extérieurs. Dans certains cas, le coussin contourne en fait les bords extérieurs et s'insère dans une ouverture de type rainure mince autour de la face de l'écouteur du casque.

Disons que vous avez un écouteur de forme circulaire. Vous voudrez mesurer à travers l'écouteur d'un bord à l'autre. Une fois que vous connaissez le diamètre, vous pouvez facilement regarder pour voir quels oreillettes ou coussins sont disponibles.

Remplacement des coussinets en mousse de forme carrée

Retrait du coussinet carré de l'écouteur du casque

Il existe des écouteurs très populaires qui ont des oreillettes en mousse de forme carrée. Notre coussinet en mousse de forme carrée est généralement compatible avec tous, car ils semblent tous avoir le même style d'écouteur. Par conséquent, vous constaterez que notre oreillette en mousse de forme carrée SQ50 s'adaptera généralement à tous ces écouteurs.

Si vous deviez regarder l'extérieur du coussin en mousse, il semblerait certainement être de forme carrée, mais lorsque vous regardez du côté opposé, vous verrez que l'ouverture intérieure est généralement circulaire. Ces coussinets s'adaptent en fait autour d'un écouteur qui est généralement rond ou qui peut être carré avec des bords arrondis. L'écouteur a généralement un diamètre d'environ 50 mm.

L'image ci-dessus montre comment retirer l'ancien coussinet de forme carrée de l'écouteur du casque.

Oreillette carrée sur casque

Les coussinets en mousse de forme carrée ont une ouverture circulaire de 50 mm

Ces coussinets en mousse de forme carrée se retrouvent sur de nombreux casques Bang and Olefson, tels que le B&O Play. On les retrouve également sur bon nombre des casques suivants :

  • Écouteurs sans fil Bluetooth Subjekt Pulse
  • Écouteurs Bluetooth sans fil Jaybird Sportsband
  • Casque stéréo Bluetooth GOgroove AirBand

Comment retirer l'ancien coussinet d'oreille

La plupart des coussinets et coussinets ne sont maintenus en place que par pression. Habituellement, vous pouvez retirer la mousse en la tirant simplement des bords extérieurs de l'écouteur. Dans la plupart des cas, vous pouvez l'étirer sur les bords extérieurs pour le remettre en place.

Si le matériau s'effrite et se désagrège, vous ne pourrez peut-être pas le remettre sur le casque. Ce n'est pas si rare.

Pourquoi les vieux coussins d'écouteurs s'effondrent

Certaines personnes veulent savoir pourquoi la mousse s'effrite et se transforme en poussière. Vos oreillettes en mousse et coussins en similicuir d'origine étaient fabriqués à partir d'un type de plastique de qualité inférieure contenant des distillats de pétrole. À mesure que le matériau vieillit, le pétrole s'assèche et le plastique se brise en petits morceaux.

Nos coussinets et coussinets d'oreille de remplacement dureront beaucoup plus longtemps, car ils sont fabriqués à partir de matériaux de qualité supérieure. Malheureusement, les fabricants de casques avaient prévu l'obsolescence des écouteurs, et espéraient qu'ils ne dureraient que 2 ans au maximum. De cette façon, ils pourraient compter sur votre sortie pour acheter le nouveau modèle lorsque votre ancien a commencé à s'user.

Mise à niveau des écouteurs en remplaçant les oreillettes en mousse par du similicuir

De nombreuses personnes préfèrent commander les coussins de casque en similicuir car elles estiment que le matériau du coussin est plus doux contre leurs oreilles. Tout cela est une décision personnelle que vous prenez vous-même.

Beaucoup de gens peuvent trouver que leurs anciens écouteurs étaient très bien comme ils étaient. Certains peuvent effectivement choisir de les mettre à niveau en installant les coussins en similicuir.

Gardez à l'esprit que les coussins en similicuir sont en fait un peu plus épais, donc si vos écouteurs doivent tenir dans un support de charge, l'épaisseur du coussin peut devenir un problème.

Tailles disponibles de coussinets en mousse et de coussins en similicuir

À l'heure actuelle, nous proposons les oreillettes en mousse et les coussins en similicuir suivants :

Taille Oreillette en mousse Coussin en similicuir
40mm E-20
50mm F-30 HIL53
Écouteur rond 50 mm - carré extérieur SQ50
55 mm EMT56
60mm J-60 LEC62
70mm L-70 LEC70
78mm FEP78
80mm LEC80
Forme de larme de 80 mm 80MM 80LEA
90 mm LEC90
100 mm LEC100
105 mm LEC105
115mm LEC115

Oreillettes de rechange et coussinets d'ampli pour casque en forme de larme

Les coussinets et coussinets en forme de goutte de 80 mm s'adaptent le plus souvent aux écouteurs infrarouges sans fil. Beaucoup de ces écouteurs sont fréquemment utilisés avec de nombreux systèmes de divertissement de véhicules, lecteurs de DVD et systèmes stéréo de télévision à domicile.

Donc, si vous recherchez un coussinet ou un coussin en forme d'œuf ou de larme pour un casque sans fil infrarouge, vous constaterez peut-être que les coussinets et coussins de 80 mm sont parfaitement adaptés à votre casque. Les noms peuvent être différents, mais ces écouteurs sont tous à peu près identiques en termes de coussinets et de coussinets. Beaucoup de ces écouteurs portent les noms suivants :

Clairon Puissance Acoustique Audiovox
Planète capable Avènement Alpin
Recotron Audiovox

La plupart des écouteurs du système de divertissement du véhicule ressemblent aux modèles ci-dessus. Ces types d'écouteurs infrarouges sans fil sont fréquemment utilisés avec bon nombre des systèmes de divertissement de véhicules et d'avions suivants :

Lexus Gué GMC Toyota
Mercedes Nissan Honda Chrysler
Gulfstream Air Chevrolet Cadillac Oldsmobile
Esquive Buick Kia Lincoln

Coussinets en mousse et dimensions d'écouteur correspondantes

Oreillette en mousse Numéro de pièce Métrique Pouces décimaux Pouces à l'aide de la règle
Oreillette en mousse de 40 mm E-20 et E-20-4 24mm - 35mm 0,945 - 1,38 pouces 15/16 - 1 3/8 po
Oreillette en mousse de 50 mm F-30 et F-30-4 35mm - 44mm 1,38 - 1,73 pouces 1 3/8 - 1 3/4 po
Oreillette carrée en mousse SQ50 35mm - 44mm 1,38 - 1,73 pouces 1 3/8 - 1 3/4 po
Oreillette en mousse de 60 mm D-60 et T-60 44,5 mm - 56 mm 1,75 - 2,20 pouces 1 3/4 - 2 3/16 po
Oreillette en mousse de 70 mm L-70 et L-70-4 55mm - 63mm 2,19 - 2,50 pouces 2 3/16 - 2 1/2 po
Mousse circulaire 78 mm FEP78 58mm - 70mm 2,28 - 2,78 pouces 2 9/32 - 2 13/16 po
Forme de larme de 80 mm 80MM 80 mm - 87,3 mm 3,19 po - 3,44 po 3 3/16 - 3 7/16 po
Forme de larme de 80 mm 80mm Typiquement 65 mm de large sur 80 mm de haut 2,5 - 2,75 de large x 3,25 - 3,88 de haut 2 1/2 - 2 3/4 de large x 3 1/4 - 3 7/8 pouces de haut

Coussinets d'oreille en similicuir et dimensions d'écouteur correspondantes


DÉTECTER LES ÉLÉMENTS À RISQUE QUI MANQUENT D'AUTRES SYSTÈMES

Malgré des procédures de dépistage minutieuses et conformes aux directives, les petits objets ferreux dissimulés par inadvertance sur un patient, un visiteur ou un membre du personnel peuvent présenter un risque important au sein de votre installation d'IRM.

Ferroguard Screener de Metrasens est le système de détection ferromagnétique (FMDS) le plus sensible pour la sécurité IRM disponible, offrant un dépistage du corps entier avec une détection supérieure.

Comparaison des performances de détection – éléments à risque plus petits

DETECTER LES RISQUES QUE LES AUTRES SYSTEMES MANQUENT

Étude indépendante en laboratoire d'essais 8 comparant les performances de Ferroguard Screener dans la détection d'éléments à risque plus petits et couramment rencontrés, avec les performances de l'autre FMDS du corps entier le plus fréquemment observé.

Seul Ferroguard Screener utilise des capteurs Fluxgate, ce qui en fait le FMDS le plus sensible disponible (signal magnétique minimum détectable, 80 pTesla, 0,8 μGauss). Malgré sa conception compacte, il est extrêmement sensible aux plus petits éléments à risque, du sommet de la tête à la pointe des pieds du patient le plus grand.

EFFICACITÉ DÉMONTRÉE DE LA DÉTECTION DES IMPLANTS

Détection signalée de stimulateurs cardiaques implantés chez 75 patients 1 :
– 99,6 % de sensibilité
– 100 % de spécificité
Efficacité de détection similaire démontrée pour une large gamme d'éléments ferromagnétiques implantés 2-5

AUGMENTATION DU DÉBIT ET DE L'EFFICACITÉ

Des études publiées montrent que 5% des patients ont encore des éléments de risque ferromagnétique inconnus restants après un dépistage conventionnel diligent et un habillage 6,7. L'adoption de Ferroguard Screener comme étape supplémentaire et finale de votre processus de dépistage des patients peut réduire les artefacts et les redémarrages fastidieux.

CRIBLE FERROGUARD EN UN CLIN D'OEIL

Un vrai FMDS
« L'utilisation de systèmes de détection ferromagnétique (FMDS) est recommandée… » par l'ACR 9, « … l'utilisation de détecteurs de métaux conventionnels qui ne font pas la différence entre les matériaux ferreux et non ferromagnétiques n'est pas recommandée ».

Plus rapide et plus fiable
Dépistage du corps entier en quelques secondes. Bien plus rapide et cohérent qu'avec n'importe quelle baguette.

Préféré par les patients
Une expérience de dépistage moins intrusive et plus confortable

Simple à adopter
Relâchez la pression de votre personnel et ajoutez de l'objectivité à votre sélection

Accessible à tous les budgets
Un complément indispensable à vos procédures de sécurité IRM.

Entièrement passif
Entièrement sûr à utiliser sur tous les patients, y compris ceux avec des implants

La qualité que vous attendez
Le seul FMDS conçu selon les normes de qualité internationales ISO9001

Voir les spécifications techniques

  • Ferroguard Screener doit être utilisé à l'intérieur uniquement (degré de pollution 2)
  • Il peut être utilisé à n'importe quelle altitude jusqu'à 2000m
  • Température ambiante 41 o F – 104 o F (5 o C – 40 o C), humidité 20 % à 90 % (sans condensation)
  • Plage de tension autorisée 100 V CA- 240 V CA, 50 Hz-60 Hz
  • La surtension temporaire ne doit pas dépasser 264V
  • L'équipement résistera aux surtensions transitoires conformément à la catégorie 2 de la norme IEC 60364-4-443

ArticlePoidsHauteur longueurLargeurProfondeur
Unité de capteur12 lb (5,4 kg)54,5" (1380 mm)3,9" (100 mm)2,4" (60 mm)
Source de courant0,4 lb (0,2 kg)4,0" (100 mm)1,8" (46 mm)1,5" (28 mm)
Affiche murale0,2 lb (0,1 kg)23,5" (595 mm)16,5" (420 mm)n / A
Tapis0,3 lb (0,15 kg)n / A23,6" (600 mm)25,6" (650 mm)
Carton d'expédition22 lb (10 kg)58,5" (1490 mm)8" (200 mm)5,5" (140 mm)

Entrée de tension100-240 VCA, 50-60 Hz
Tirage actuel0.3A

Remarque : L'adaptateur d'alimentation et tous les cordons associés fournis avec votre cribleur Ferroguard ne doit pas être remplacés et doivent être examinés et fournis uniquement par Metrasens.

CE
RoHS
IEC61326-1:2005-Equipement électrique pour la mesure, le contrôle et l'utilisation en laboratoire-Exigences CEM-Partie 1 : Exigences générales
IEC61010-3-2:2005+A1:2008+A2:2009, IEC61010-3-3:2008- Immunité pour les environnements résiduels, commerciaux et de l'industrie légère- EMC

Guide gratuit de la sécurité IRM et des réglementations sur la détection ferromagnétique

Avec plusieurs organismes professionnels et d'accréditation impliqués, il peut être difficile de garder une trace de ce que disent les diverses recommandations et directives de sécurité publiées aux États-Unis. Metrasens est heureux de vous aider en fournissant ce résumé de la situation actuelle en ce qui concerne l'adoption croissante de systèmes de détection ferromagnétique (FMDS) pour la prévention des incidents de projectiles IRM.

Ferroguard ne doit pas être utilisé pour remplacer les procédures de dépistage par IRM actuelles. La sécurité du personnel et des patients est mieux servie par la combinaison de protocoles de dépistage consciencieux, d'une formation approfondie du personnel ET de l'installation d'un système de détection ferromagnétique utilisé correctement.


Macrophotographie : Comprendre le grossissement

La photographie, comme tout autre art, exige à la fois un contenu convaincant et une technique experte pour créer un résultat agréable. Dans mon article précédent, j'ai discuté de certains des choix esthétiques impliqués dans la création d'une image macro réussie. La technique, cependant, est un must absolu, c'est l'outil de l'artiste pour transmettre sa vision artistique.

La nature, les paysages et la faune sont parmi les domaines de la photographie les plus difficiles sur le plan technique, et la macrophotographie s'accompagne de son propre ensemble unique de considérations techniques. Dans cet article, je vais discuter de l'un des grossissements les plus importants.

Certains des plus grands défis de la macrophotographie découlent du simple fait que nous prenons des photos à très courte distance. Ainsi, le grossissement de notre sujet devient primordial. La capacité de grossissement d'un objectif donné est indiquée dans ses spécifications, mais d'après mon expérience, peu de photographes comprennent la signification et les implications de cette désignation.

Pour comprendre le concept de grossissement, il vaut la peine de jeter un bref coup d'œil à la façon dont une image photographique est créée. Chaque point d'une scène donnée réfléchit les rayons lumineux. L'élément avant de l'objectif de la caméra « capture » ​​ces rayons puis les focalise sur le capteur d'imagerie, produisant une projection de la scène à l'emplacement du capteur.

Le grossissement - ou plus précisément, le rapport de grossissement - est simplement la relation entre la taille de la projection du sujet (mise au point) sur le capteur d'imagerie et la taille du sujet en réalité. Perplexe? Voici quelques exemples. Supposons que nous photographions un petit enfant de 1 mètre de haut. Imaginez que la hauteur de projection de l'enfant sur le capteur soit de 1 cm. Le rapport de grossissement est de 1cm/100cm, ou 1/100. Le grossissement est généralement noté à l'aide de deux points, nous l'écrivons donc comme 1:100 et le prononçons "un à cent", ce qui signifie que l'enfant est 100 fois plus grand dans la vie réelle que son image telle qu'elle est projetée sur le capteur. De même, si le sujet est un lézard de 10 cm de long et que sa projection sur le capteur mesure 2 cm de long, le rapport de grossissement est de 2 cm/10 cm ou 1:5. Le lézard est cinq fois plus gros dans la vraie vie que sa projection sur le capteur.

When your subject(s) fills the frame with no cropping involved, it is easy to determine the magnification ratio from a captured image provided you know the size of your subject and the dimensions of your camera's sensor, which can be found in the specifications section of the user manual.

We've seen in the examples above that sensor size can be used to calculate magnification, but the degree of magnification itself depends on focal length and subject distance exclusively (assuming that the lens is not used with any extenders or magnifying filters). Sensor size does not alter magnification. With a fixed focal length and subject distance, an APS-C sensor, for example would just crop the frame compared to a full-frame sensor, not enlarge it. Magnification is a property of the projection, regardless of the size of sensor (or film format) you are using. With a full frame sensor you'd just make calculations using 35mm as the sensor width instead of 22mm, but the subject would then be proportionally larger, cancelling out the sensor size difference.

Sensor size does have an effect on the image's apparence though, a topic I will address in an upcoming article.

What happens if the subject is the same size in real life as its projection? If we shoot a 1cm fly and its projection on the sensor measures 1cm as well, the magnification is 1:1. The 1:1 ratio has an important meaning for macro enthusiasts. Technically speaking, macro photography means shooting at a magnification ratio of au moins 1:1. Therefore, a 'true' macro lens has the ability to produce a magnification ratio of 1:1, or higher.

At this point you may understandably ask, what's so special about a macro lens? Surely one can take any old 50mm f/1.8 lens and just move it closer to your subject until you reach 1:1 magnification. The problem, however, is that a regular lens will not be able to focus at such close distances. A more specific definition of a macro lens, then, is one whose minimal focus distance is short enough to allow photography of a focused subject in 1:1 magnification.

Let me take this opportunity to point out that many lens makers employ a very liberal use of the term, and happily write 'macro' on a variety of zoom and prime lenses that are ne pas capable of 1:1 magnifications. This is a sales tactic, and you can easily find so-called macro lenses that can only produce 1:4 or 1:3 magnification ratios. One can, of course, produce great results with such lenses, and it is often possible to achieve higher magnifications on these lenses with the use of optional accessories. When shopping for a macro lens, however, you'll want to look carefully at the magnification specs most 'true' macro lenses will actually have 'macro 1:1' prominently displayed on the barrel. That removes any ambiguity.

Once you have a macro lens, how do you accurately calculate its level of magnification at an arbitrary focus distance? The easiest way, by far, is to use a ruler, as shown in the examples below.

I should point out that with a regular macro lens, 1:1 magnification is achievable only at the very closest focus distance. Using a longer focus distance necessarily means the magnification will be lower. Indeed, for a fixed focal length, magnification is inversely related to subject distance. This relationship isn't linear, i.e. if I get a 1:4 magnification from a shooting distance of 40 cm, I won't necessarily get a magnification of 1:2 (twice that) from a shooting distance of 20cm. However, getting closer will always result in a larger magnification and vice versa, meaning that for our purposes we can use the terms magnification and proximity somewhat interchangeably.

There are cases (such as the image above) where we wish to shoot at magnifications greater than 1:1. These so-called 'extreme-macro' magnifications are possible using special lenses or other equipment, and I'll discuss how that's done in a future article.

For further reading on macro photography take a look at Erez's previous articles in this series:


Discussion

Polymer degradation is pH-dependent, rapid, and correlates with changes in relaxivity

The pH dependence of polymer degradation was measured in two ways using GPC: molecular weight change over time, and acetone (degradation byproduct) release at different pH values. Though the acetone release results suggest that the molecular weight change graphs slightly underestimate the time for full degradation, both measures show that the polymer is degraded fully at pH 7.4 in one day, at pH 6.5 in eight hours, and is stable at pH 10.

Previous groups have designed degradable polymer contrast agents 14, 27-32 , but have not shown a direct relationship between changes in the relaxivity during the degradation time. Real-time T1 measurements of our polymer solutions coupled with our GPC degradation showed a direct correlation between the change in relaxivity and the degradation rate. We were excited to observe that at pH 7.4 and pH 6.5, the polymer degrades into fragments which have the same relaxivity. This value (3.8 mM -1 s -1 ) is slightly higher than the relaxivity for Gd-DTPA measured in our system, which was 3.64 ± 0.12 mM -1 s -1 , and slightly lower than that of Gd-DTPA-bisamide (Omniscan) relaxivity in plasma, at 37 ଌ and in a 1.5T field, 4.1 mM -1 s -1 1 . Interestingly, the time required for relaxivity to decrease to its minimal value is shorter for both pH 6.5 (3.7 h) and 7.4 (17h) than the time for the polymer to fully degrade by GPC. We speculate that this results from the similar relaxivity of small oligomers formed earlier in degradation to that of the small molecule. These ‘small fragments’ do not tumble slower than the small molecule contrast agent. Our polymer relaxivity measurements are similar to other polymeric contrast agents 2-5 and peptide-based contrast agents 31, 32 .

Degradation-independent effects of pH on relaxivity

While we are confident that the effects of pH on relaxivity over time result from degradation, it should be noted that pH could have additional effects on relaxivity. First, high pH would lead to stronger intermolecular associations, which would lower the degrees of freedom of the system and increase relaxivity 13 . This can be seen ( Fig. 3 ) when at pH 10, the polymer contrast agent at time 0.25 h appears brighter than at pH 7.4, even though according to Fig. 4 , the relaxivity has decreased by only a percent or two. . Similar to our system, relaxivity values for Gd-DTPA have been shown previously to be pH-dependent 33 . Additionally, because each pH is achieved by combinations of different potassium phosphate buffers, each may have a different viscosity, which could affect relaxivity 33 . However, these factors would not cause changes in relaxivity over time. While the starting relaxivity of our data might not be identical, we do observe a change in relaxivity over time, supporting our hypothesis that degradation decreases relaxivity proportionally to molecular weight.

In vivo contrast and clearance

Our polymer contrast agent shows an enhanced contrast and intensity over time when compared to Magnevist ( Fig. 5 and ​ and6). 6 ). Because both our degradable polymer contrast agent and Magnevist are or become small in size, uptake in the liver should be quite limited 34 ( Fig. 6A ). Furthermore, both contrast agents appear to enhance similar areas in vivo both contrast agents seem to prefer the bloodstream and kidneys versus the liver.

The change in contrast patterns over time suggest that our agent is cleared at a similar rate as Magnevist. With both agents, contrast in the bloodstream decreases quickly and that in the kidneys increases simultaneously, followed by a slower decrease towards the initial value after approximately 4 h. Further, contrast increases over the first hour in the bladder, which is associated with renal filtration 35 . We measured Gd concentration in the blood over time ( Fig. 7 ), which indicated that the contrast agent is removed quite rapidly from the bloodstream. We were not surprised that our polymer contrast agent would be cleared rapidly, but had hoped to observe slower clearance time than that of Magnevist. However, our polymer contrast agent could be improved significantly in this regard (see next section).

Limitations and Improvements

Though our MTT assay shows that the pH-dependent degradable polymer contrast agent negatively affects cell viability at high concentrations, we believe this would not likely translate in vivo. These poor-viability readings could result from the high concentrations of buffer needed to attain high Gd concentrations. Furthermore, in the assay, polymer solutions are incubated with cells for 24 h, significantly longer than a similar concentration would persist in vivo. Our polymer rapidly clears into the bladder, which would reduce not only the overall polymer concentration in the blood over time, but also the time window in which the polymer could enter cells in the body.

One area we could improve our polymer system would be to design different degradation rates. Different imaging applications require different circulation times, so a system with an adjustable clearance rate is advantageous. The degradation rate of this polymer could be slowed by incorporating hydrophobic components similar to the work of Paramonov et al. 36 . Alternatively, changing the distance between the ketal and Gd chelating moiety could also slow degradation.

The pH-dependent degradable polymer contrast agent developed here was intended to be a proof-of-concept model, so we chose a straightforward synthesis rather than developing something applicable immediately for human use. Moreover, we believe our pH-dependent degradable polymer is the first step in development of a clinically-relevant blood pool contrast agent. The most critical improvement the polymer system would need is a longer blood pool retention time. This could be achieved in one of two ways. First, following the example of Mohs and co-workers, incorporating a short PEG chain would increase vascular retention, as they demonstrated for a polymer whose molecular weight was quite similar to ours prior to PEG incorporation 37-39 . Second, generating polymers with a higher molecular weight by changing the synthesis route would show an improvement in not only blood retention time, but increased ionic relaxivity, as Karfeld-Sulzer and co-workers have shown 32 .

The second critical improvement is to replace the metal chelating unit with one that binds Gd more stably to further reduce risk of toxicity. DTPA-bisanhydride reacts with amines to form DTPA-bisamides, which are less stable than other Gd-binding FDA approved ligands 1 their thermodynamic stability constant (log K) is 16.84, versus (log K of 22.46) for Gd-DTPA 40 or over 23, up to 25.3 for DOTA and DOTA-modified chelators 41, 42 . While incorporating a stable chelator such as DOTA would involve a more complicated synthetic route, such an agent would be much more feasible for a practical in vivo contrast agent.


Contenu

The dental pulp is located in the centre of a tooth, made up of living connective tissue and cells. [3] It is surrounded by a rigid, hard and dense layer of dentine [3] which limits the ability of the pulp to tolerate excessive build up of fluid. Normal interstitial fluid pressure in the pulp ranges from 5-20mm Hg, marked increases in pressure in the pulp due to inflammation can go up to 60mm Hg. [4] The rise in pressure is commonly associated with an inflammatory exudate causing local collapse of the venous part of microcirculation. Tissues get starved of oxygen thus causing venules and lymphatics collapse which may lead to localized necrosis. [5] A common clinical sign associated with the histopathology will be varying levels of suppuration and purulence. [6]

Following the spread of local inflammation, chemical mediators such as IL-8, IL-6 and IL-1 [7] are released from necrotic tissues leading to further inflammation and odema, which advances to total necrosis of the pulp. [5]

Further stages of destruction of pulp necrosis often leads to periapical pathosis, causing bone resorption (visible on radiographs) following bacterial invasion. The apical periodontal ligament (PDL) space widens and becomes continuous with apical radiolucency the lamina dura of the apical area will also be lost. [7] The periapical lesion will enlarged with time and consequently, the pulp will be diagnosed as necrotic.

The pulp can respond (reversible pulpitis, irreversible pulpitis, partial necrosis, total necrosis) in a variety of ways to irritants. This response depends on the severity and duration of the irritant involved. If the irritant is severe or persists for a sustained amount of time it can cause the odontoblasts to die and cause initiation of an inflammatory response.

Odontoblasts Edit

The odontoblast cell bodies decrease in number and size before any inflammatory changes occur. The outward flow of tubular fluid can cause the nuclei of odontoblasts to be aspirated into the dentinal tubules. The odontoblasts may also be permanently damaged which causes them to release tissue injury factors which can then influence adjacent odontoblasts and underlying connective tissue. Odontoblasts can undergo vacuolization, a decrease in the number and size of the endoplasmic reticulum, and degeneration of mitochondria. It is unknown by which process (apoptosis or necrosis) the odontoblasts die.

Inflammation Edit

Lymphocytes, plasma cells and macrophages comprise the initial inflammatory infiltrate. In response to bacterial assault and tissue injury non-specific inflammatory mediators are released. These inflammatory mediators include histamine, bradykinin, serotonin, interleukins (IL) and metabolites of arachidonic acid. They can interact with neuropeptides (substance P) and calcitonin gene-related peptide (CGRP) during the inflammatory response. Destruction of the nerve fibres causes neuropeptides to be released into pulp. The neuropeptides can cause an increase vascular permeability and vasodilation. The filtration of serum proteins and fluid from the vessel causes the tissue to become oedematous. The tissue pressure increases as the blood volume and interstitial fluid volume rises. The thin-walled venules are compressed and the resistance to flow in these vessels increases. This is accompanied with a decrease in blood flow causing an aggregation of red blood cells and subsequent increase in blood viscosity. This tissue also becomes ischaemic which suppresses the cellular metabolism in the area of the pulp that is affected. This causes necrosis. [8] Necrosis is a histological term that means death of the pulp. [9] It does not occur suddenly unless there has been trauma. The pulp may be partially necrotic for some time. The area of cell death enlarges until the entire pulp is necrotic. Bacteria invade the pulp which causes the root canal system to become infected. [10] Teeth that have total pulpal necrosis are usually asymptomatic except for those that have inflammation which has progressed to the periradicular tissues.

Pulp necrosis arises due to the cellular death within the pulp chamber – this can occur with or without the involvement of bacteria. [1] It is the result of various connective tissue disease progressions which occur in stages normal healthy tissue becomes inflamed (i.e. pulpitis) which if left untreated leads to necrosis and infection and finally resulting in loss of pulp tissue (i.e. pulpless canals) [11]

Causes Edit

Dental Caries Edit

The influx of bacteria and growth of a carious lesion (if gross and left untreated) inevitably leads to the centre of the tooth – the pulp chamber. Once this tissue damaging process reaches the pulp it results in irreversible changes – necrosis and pulpal infection. [12] [13]

Dental Trauma Edit

When a tooth is displaced from its normal position as a result of dental trauma, it can result in pulp necrosis due to the apical blood supply being compromised. This might be due to displacement of the tooth through avulsion or luxation. Furthermore, if the tooth is severely damaged, it could lead to inflammation of the apical periodontal ligament, and subsequently pulp necrosis. [11]

Dental Treatment Edit

Pulpal necrosis can also occur as a result of dental treatments such as iatrogenic damage due to overzealous crown preparation – this may be due to excessive thermal insult and close proximity to the pulp during tooth preparation – or rapid orthodontic work causing excessive force.

Pulpitis Edit

Pulpitis is stated to be one of the stages of disease progression which leads to pulpal necrosis. This inflammation can be reversible or irreversible. Due to the enclosed nature of the pulp chamber - unlike normal inflammation - when inflamed, the increased pressure cannot be displaced to other tissues, resulting in pressure on the nerve of said tooth and tissues adjacent. [14] In irreversible pulpitis where the inflammation of pulpal tissues are not reversible, pulpal blood supply will become compromised and therefore necrosis of pulpal tissues will occur.

Pulp necrosis may or may not arise with symptoms.

Signs and symptoms of pulpal necrosis include

  • Pain [11]
  • Crown discolouration [15] and/or fistula
  • Internal root resorption
  • Increased tooth mobility

There are additional signs of pulp necrosis which may be detected during radiographic assessment:-

However, in some cases there may be no radiographic signs. For example, pulp necrosis caused by dental trauma which may only manifest/present itself with time, resulting in clinical changes. [11]

Pain Edit

The pain associated with pulp necrosis is often described as spontaneous. [15] Hot temperatures are reported to have exacerbating factors, and cold temperatures are said to soothe this pain. In some cases, the pain presents as a long dull ache as this is due to necrosis of the apical nerves being the last part of the pulp to necrose. Therefore the pain is from the apical nerves, which have residual vitality remaining when the majority of the pulp is necrosed due to the supply of blood to the more medial parts of the apical nerve. [11]

Crown discolouration Edit

In some cases of pulp necrosis there is a yellow, grey or brown crown discolouration. Dark coronal discoloration is believed to be an early sign of pulp degeneration. [16] Teeth with said discolouration need to be treated with special care and further investigations are required before pulp necrosis can be diagnosed. [11]

Abscess and/or fistula Edit

Alterations in the gingiva such as fistulas or abscesses and radiographic signs such as periapical lesions and external root resorption are used in some studies to diagnose pulp necrosis however other studies state that these factors alone are not enough to diagnose a necrotic pulp. [11]

Internal root resorption Edit

Internal root resorption may be an indication of pulpal necrosis though it is not possible to diagnose accurately with radiographic presentation of this alone. This is because the pulp tissue apical to the resorptive lesion will still be vital to allow active resorption to take place, it provides the clastic cells with nutrients via a viable blood supply. [11]

There are a plethora of ways to diagnose pulp necrosis in a tooth. The diagnosis of pulp necrosis can be based on the following observations: negative vitality, a periapical radiolucency, a grey tooth discoloration and even peri-apical lesions. [17] This altered translucency in the tooth is due to disruption and cutting off of the apical neurovascular blood supply. [18]

Thermal Tests Edit

Thermal testing is a common and traditional way used to detect pulp necrosis. These tests can exist in the form of a cold or hot test, which aims to stimulate nerves in the pulp by the flow of dentine liquid at changes in temperature. The liquid flow leads to movement of the odontoblast processes and mechanical stimulation of pulpal nerves. [19]

The cold test can be done by soaking a cotton pellet into 1,1,1,2 tetrofluoroethane, also known as Endo ice refrigerant spray. The cotton pellet will then be placed onto the middle third of the intact tooth surface. The clinical study done by Gopikrishna indicated the tooth to be diagnosed as having necrotic pulp if subjects felt no sensation after two 15-second applications every two minutes. [20] It is worthy to note that a control test should be performed on the adjacent tooth to ensure further accuracy of results.

Pulse Oximeter Test Edit

The pulse oximeter test is a more accurate way to test for necrotic pulps as it primarily tests for vascular health of the pulp as compared to its nervous response. [21] This method involves taking measurements of blood oxygen saturation levels, making it non-invasive and an objective way to record patient response regarding pulpal diagnosis. [20] In a study conducted in primary and immature permanent teeth, results clearly reflected that pulse oximetry can readily differentiate between vital and non-vital, necrosed teeth.

The pulse oximeter consists of a probe containing 2 light-emitting diodes, one of which transmits red light to measure the absorption of oxygenated haemoglobin, and the other transmitting infrared light, measuring the absorption of deoxygenated haemoglobin. As both oxygenated and deoxygenated haemoglobin absorb different amounts of red and infrared light, relationships between pulsatile changes in blood volume and light absorption values can establish saturation of arterial blood. In addition, using absorption curves for both oxygenated and deoxygenated haemoglobin can determine the oxygen saturation levels. [22] For the purposes of evaluating pulp vitality, it is imperative that the probes fit the anatomical contours and shape of the measured teeth. [23]

A study was done to assess the accuracy of pulse oximetry in comparison to thermal and electrical tests. Customized pulse oximeter dental probes were placed on the crown of the tooth, with oxygen saturation values recorded after 30 seconds of monitoring each tooth. The values were taken as a positive response (ie vital pulp) within the range of 75-85% oxygen saturation and a negative response below 75%, indicating pulp necrosis. [20]

Another critically appraised topic [24] also suggests that a pulse oximeter is more accurate than cold testing in diagnosing pulp necrosis, however comments raised regarding the validity of the evidence stated that the pulse oximeter adaptors were built by the respective authors causing some degree of bias in the experiments. [24]

3-Tesla Magnetic Resonance Imaging Edit

MRI scans have been used to detect and evaluate several head and neck regions including the Temporomandibular Joint, salivary glands, floor of the mouth, etc. In the clinical study completed by Alexandre T. Assaf, MRI scans were used to detect pulp vitality after trauma in children. The absence of re-perfusion of the dental pulp suggests the lack of revitalization of the affected teeth and hence necrosis of the pulp. In this study, MRI scans prove to be a promising tool to avoid excessive root treatment on traumatized teeth. However, a major flaw in this study is a small sample size of 7. [25]

The most basic treatment for teeth with pulpal necrosis is root canal treatment. This involves the use of biologically accepted mechanical and chemical treatment of the root system, followed by the placement of a root filling, allowing healing of the periradicular tissues to occur.

Pulpal regeneration can be considered if the following criteria are met:

  1. Incomplete root development and incomplete apex closure
  2. Apexogenesis is not applicable as there is apical closure

Pulpal regeneration involves the removal of the necrotic pulp followed by the placement of medicament into the root canal system until it is non-symptomatic. Apical bleeding is then induced to create a clot at the apex which will be sealed by Mineral Trioxide Aggregate. [26]

In an immature permanent tooth pulpal necrosis causes the development of the root to stop. This causes the walls of the root to become fragile and thin which can make these teeth more prone to cervical root fracture and ultimately the tooth may be lost. These teeth in the past were treated with the calcium hydroxide apexification technique. A disadvantage of this was that it required multiple visits over a prolonged time and there could be an increased risk of cervical root fracture due to an increase in exposure to calcium hydroxide. The apical barrier technique with mineral trioxide aggregate was then used. The advantage of this technique over apexification was that it shortened the number of appointments and the healing outcomes were better. A disadvantage of both these techniques was that it did not allow the root to mature and so regenerative endodontic procedures (REPs) were utilised. A systematic review conducted by Kahler, et al (2017) showed similar clinical outcomes for teeth treated with REPs versus calcium hydroxide apexification/MTA apical barrier technique. They suggested that it should be considered as a first line treatment option in immature teeth with pulpal necrosis. They did state that a thorough discussion with the patient would be necessary as teeth treated with REP’s can show variable root maturation and adverse outcomes. [27]


Considerations for ESI on Membrane Proteins

Careful consideration in optimizing the parameters are absolutely necessary when analyzing biological materials in mass spectrometric methods. Two examples of these parameters are the collision voltage and selection of detergent 6 . The collision voltage is that which is applied to molecular ions, accelerating them into the collision cell with an inert gas 5 . Optimization of collision voltage involves selecting a voltage that enables fragment ions to be observed, but also well resolved. This voltage goes hand-in-hand with careful consideration of the buffer/detergent. Ideally, the buffer/detergent needs to be able to efficiently solubilize the protein, and also be easily removed to allow the protein to be properly desolvated (see Figures 3 and 4) 6 . Detergents are used for membrane proteins because of their amphiphilic nature, similar to the membrane proteins themselves 6 . Where these two parameters come together are when the membrane protein-detergent complex transfers into the gas phase: the collision voltage must be high enough to desolvate the membrane protein from the detergent, and the detergent must not strongly solvate the membrane protein 6 . Strong solvating detergents require higher energies which risk destabilizing the protein prior to detection in the mass analyzer.

If the membrane protein is not liberated from the detergent, perhaps due to low collision voltage, the membrane proteins' signals maybe be suppressed by noise from the remaining detergent (see Figure (PageIndex<1>)0b and 10f). Figure (PageIndex<1>)0 below also demonstrates the concepts of selecting proper collision voltage combined with an appropriate detergent.


Pedicle Screws

Bone screws have been used in spinal instrumentation since the 1960s. A pedicle screw is a particular type of bone screw designed for implantation into a vertebral pedicle.

What is the vertebral pedicle?
The pedicle is a dense stem-like structure that projects from the posterior of a vertebra. There are two pedicles per vertebra that connect to other structures (e.g. lamina, vertebral arch). The location of a pedicle is illustrated below.

Polyaxial Pedicle Screws
Today's standard is a polyaxial pedicle screw made of Titanium, which is highly resistant to corrosion and fatigue, and is MRI compatible. The screw is threaded and the head is mobile - it swivels helping to defray vertebral stress. Like other screws, polyaxial screws come in many sizes. Polyaxial pedicle screw length ranges from 30mm to 60mm (up to 2-1/2 inches). The diameter ranges from 5.0mm to 8.5mm (up to 1/4 inch).

But
These screws are used to correct deformity, and/or treat trauma. Similar to other bone screws, pedicle screws may be used in instrumentation procedures to affix rods and plates to the spine. The screws may also be used to immobilize part of the spine to assist fusion by holding bony structures together.

Placement
Although pedicle screws are most often used in the lumbar (lumbosacral) spine, they can be implanted in the thoracic and sacral vertebra. The surgeon uses fluoroscopy or conventional x-ray to determine the depth and angle for screw placement. A receiving channel is drilled and the screw is inserted.


Can I Add An M.2 Card if My PC Doesn’t Have a Slot?

For laptops, the answer is no—the design of modern laptops is so compact that there’s no space for any kind of non-planned expansion. If you use a desktop, you’re in luck. There are plenty of adapters for sale that use the PCIe x4 slot already on your motherboard. However, if your motherboard can’t boot from PCIe, then you won’t be able to set that M.2 drive as your boot drive, which means you won’t benefit from a lot of the speed. So keep that in mind—if you want the full benefits of an M.2 drive, you’ll probably need a motherboard that supports it.

Michael Crider
Michael Crider is a veteran technology journalist with a decade of experience. He spent five years writing for Android Police and his work has appeared on Digital Trends and Lifehacker. He’s covered industry events like the Consumer Electronics Show (CES) and Mobile World Congress in person.
Read Full Bio »


Voir la vidéo: Le signal en IRM (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Konrad

    La réponse admirable :)

  2. Korey

    Quelle insolence!



Écrire un message